Présidentielles 2021 : Les ambitions culturelles de Djimba-Hounpkè pour le Bénin

Culture

A l'instar des deux autres duos en lice pour la prochaine présidentielle, celui du parti Force Cauris pour un Bénin Émergent (FCBE) composé de Alassane Soumanou alias Djimba et Paul Hounkpè n'a pas occulté les secteurs de l'art, de la culture et du tourisme de son plan de développement. A travers le document  

« Les Béninois construisent le Bénin » qui fait office de leur projet de société, il relate sa vision pour ces secteurs une fois accédé à la mandature suprême.

Candidat de l’opposition, le duo Djimba-Hounkpè s’engage, une fois élu à l’issue de la présidentielle du 11 avril 2021, remettre les Béninois au cœur du programme de développement du pays. Les secteurs de l’artisanat, de la culture et du tourisme seront sur orbite. Se basant sur leur expérience individuelle,  les deux candidats issus du ‘’consensus’’ promettent de faire du Bénin, d’ici 2026 un pays à culture rayonnante favorable à l’émergence d’une identité au service du développement. Dans une telle logique, les porte-flambeau du parti Force cauris pour un Bénin émergent pensent  mettre à disposition des artistes  un fonds d’accompagnement pour le rayonnement tant au plan national qu’international de leur secteur. Mieux, veulent-ils renforcer les bases matérielles et immatérielles de la culture. De la même façon, ils entendent  développer une économie de la culture par le tourisme; améliorer le cadre institutionnel et juridique et la gouvernance sectorielle. Alassane Soumanou Djimba et son colistier ne comptent pas s’arrêter là. Ils souhaitent une fois élus,  créer des centres de formation et recyclage de référence des artistes confirmés et les nouveaux talents ; mettre en place un partenariat avec les experts du monde culturel pour assurer les formations ; appuyer financièrement le fonctionnement des sites culturels. Ils ambitionnent également la sécurisation des sites muséaux, le renforcement et recyclage de leur personnel ; mettre en place un système d’appui aux artisans à travers l’octroi de subventions annuelles ; adapter l’offre à la demande pour une meilleure vente des produits de l’artisanat. Enfin, ils annoncent au cours de leur quinquennat, de valoriser les sites touristiques afin de développer l’économie du tourisme ; d’inscrire de nouveaux biens sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, en occurrence: la cité lacustre de Ganvié, les habitats Otamari du Nord-Ouest du pays, la route de l’esclave et les rites, rythmes liés au vodou.

Raoul Donvidé.