Touvnel Amos Atiye : Un résilient passionné

Culture

« La photographie est l’obscénité par excellence, un acte d’amour furtif, une histoire, un roman à la première personne.» Cette citation du prolifique photographe japonais Nobuyoshi Araki est implacable. Elle résume l'homme: Touvnel Amos Atiye. Au coeur du plusieurs projets d'innovation et de valorisation Touristique et Culturelle, il vit la photographie et veut l'incarner au quotidien.

Trop tôt pour parler de  Peter Beard ou du célèbre photographe béninois Erick-Christian Ahounou. Mais l'abnégation et le sens de perspicacité très élevé de l'homme le conduiront très loin. Un petit visage ferme et une barbichette sel toujours bien taillée. La démarche assurée. Pas besoin de côtoyer trop longtemps Amos pour remarquer ses traits physiques. Derrière ce visage se laisse entendre une voix infra-fine. Natif de Comé, village situé au sud-ouest du Bénin, le jeune photographe est titulaire d'un baccalauréat série B. Une découverte et la passion s'éclore, s'enracine et prend le dessus. « J'ai découvert les réseaux sociaux entre 2013 et 2014. Les premières choses qui ont marqué mon esprit sont les photos qui sont publiée. Dans chaque photo, je voyais un de l'art. J'étais sidéré. Surtout les photos des photographes animaliers, touristiques et événementiels» a-t-il confié. Dès lors, ses pas, sont guidés petit à petit vers la photographie. En quête de formation pour satisfaire sa passion, il s'inscrit dans une école de journalisme et de multimédia après son baccalauréat. « Mais après près d'un semestre de cours je ne trouvais pas satisfaction. La formation était trop concentrée sur le journalisme. J'ai donc décidé de quitter l'école pour me faire former ailleurs.» Débuta une série de péripéties. Une vie solo sans recours. Mais la passion était toujours effervescente. Après une auto-formation avec les moyens de bord, il se tourne vers l'un des incontournables studios de photographie béninois : Darimage.

Célébrer la nature et le tourisme

Sublimer la nature et le tourisme local avec la photographie, telle est sa devise. « J'ai envie de valoriser le patrimoine local, son histoire. Les émerveilles de la nature ». A cet effet, il met en place un projet qui veut fournir en un temps record un nombre considérable de photographie sur la biodiversité du Bénin mais aussi sur les sites touristiques. Sont visés par ce projet les différents sites touristiques et fauniques du pays. Entouré de jeunes talents en la matière, le projet évolue avec assurance. Outre, la nature et le tourisme, l'objectif de la caméra du jeune photographe concocte depuis peu longtemps des images qui louent la beauté africaine. « La femme africaine est par nature belle. Mais aujourd'hui on constate que cette beauté est de plus en plus intoxiquée par certaines pratiques comme les mèches brésilienne».  Ce projet dénommé "Cheveux napi" veut mettre un point d'honneur sur la valeur des cheveux naturel des femmes du continent noir.

Raoul Donvidé