Avenir du CFA: "...Il faut déjà une bonne gouvernance de nos cités que de vouloir parler d'un renoncement du CFA"

Economie

Le Franc CFA (qui signifiait à son origine en 1945, franc des colonies françaises d'Afrique, abrégé en FCFA), sera-t-il dévalué comme le prétendent les rumeurs ventilées dans les capitales où cette monnaie sert toujours pour les échanges commerciaux. Une coalition appelant à la dévaluation ou au renoncement du franc CFA a vu le jour à Cotonou. Francis Ahouadi, Administrateur de Société, revient dans cette réflexion parvenue à notre rédaction, sur les impacts socio-monétaires d’une dévaluation ou d’un renoncement du franc CFA.

Quelle est l'alternative au franc CFA, qu'on nous propose? Les pays africains qui ont leur propre monnaie sont-ils en meilleures positions que nous? Donner des exemples crédibles! Mauritanie, Guinée, Nigeria, Liberia, Sierra Leone, Ethiopie, Angola, Mozambique, Tanzanie, Afrique du Sud, Zimbabwe, Congo Démocratique...? Ne suivez pas la nouvelle vague néo-gauchiste, anarchiste en quête d'idéal et à court d'idéologie, qui s'accroche à un vestige du néocolonialisme pour, à nouveau, nous embrigader dans une nouvelle forme de révolution indépendantiste sans vision à long terme pour mieux nous faire dominer par un autre clan de nouveaux bourgeois compradores qui vont appauvrir davantage les prolétaires que nous sommes. Ont-ils seulement les moyens pour imprimer cette monnaie dont ils parlent tant?! Soyez vigilant, il y a des luttes qui ne méritent pas d'être menées. N'oubliez pas, nous dans une guerre mondiale multiforme, multi facettes, à la fois, politique, idéologique, économiques, religieux, militaire mais aussi civilisationnelle depuis la fin des années 1980

Qui a intérêt à ce que subitement ce débat surgisse? Qui fournis les archives, les informations et donne les moyens à cette coalition contre le CFA? Une monnaie en l'occurrence le CFA est le moyen, quoi qu'on dise, de l'expression d'une certaine stabilité Economique des 14 pays de la zone! Souvenez-vous du bordel de la fin des années 80 consécutif à l'éclatement du système bipolaire du monde, du chaos, suite à la dévaluation de 1994!! Aucun de ces 14 États ne s'est encore remis de ces crises et n'a amorcé un quelconque développement malgré la kyrielle de slogans incantatoire  qu'on connaît. Imaginez un seul instant ce que sera ces pays sans administration forte, sans "Économie" si brutalement on se retrouve avec une monnaie sans référence. Jamais un changement de monnaie ne s'annonce à l'avance pour permettre aux gens de se préparer! Faites attention les amis. Je le dirai toujours, pour l'instant, c'est la gouvernance de nos États qui est malade dans tous ses compartiments. Gérons mieux nos cités mettons en place des mécanismes de gestion transparente, d'équité, de justice, de progrès social, de transparence.... et ensuite seulement on pourra parler de politique monétaire. Pour l'instant nos paysans n'ont rien à vendre à l'étranger, ils ne produisent rien, notre industrie est inexistante!! Alors de quoi parlons-nous? Pourquoi le Cédi est équivalent au CFA et le  Naïra s'en rapproche inexorablement ? Sujet de Thèse!

Notre administration centrale peine à trouver des cadres au point de faire des contrats par ci et par là, le clientélisme et le népotisme règne en maître. Depuis 1990 plus personne n'a été promu dans l'administration centrale pour ses compétences et ses qualités ! Le niveau de l'enseignement à dégringoler, tout le monde le reconnaît! Nous sommes passés des taxi-voitures aux taxi-motos! Ce qui est le signe patent d'une paupérisation galopante! N'y a-t-il pas d'autres priorités en ce moment que cette histoire de monnaie? Nous n'avons rien à exporter en dehors d'un peu de coton, de noix de cajou, de bois et ananas le tout en toute petite quantité ! Et pourquoi voulons nous affaiblir notre monnaie? Pour appauvrir davantage nos populations qui n'auront plus et ne pourront plus rien consommer? Sincèrement, les conditions endogènes pour l'émergence d'une monnaie locale ne sont pas encore réunies. Il faut d'abord renforcer notre économie, notre production, notre administration, notre discipline budgétaire, notre police, notre justice etc....  et nous sommes loin d'avoir entamé l'apprentissage. Au Bénin mon pays il faut que tout change pour qu'on se rende compte que rien n'a changé.

Donc vous voyez bien que ce n'est pas le franc CFA qui est en jeu mais les conditions de la politique monétaire de la zone; donc c'est plus d'une renégociation des conditions du pacte fondateur du CFA dont nous devons parler pour être progressivement maître de notre politique monétaire apprendre à mieux gérer une monnaie, une économie, avoir une discipline budgétaire, une administration, plus efficace, concurrente et performante, compétente et efficace avant de commencer  à parler d'émission de monnaie sinon ce sera purement et simplement un suicide collectif. Une boîte de Pandore qu'on ouvrira. Nous sommes dans un pays où n'avons aucune statistique sur l'emploi, la notion de l'emploi même n'est pas correctement définie, il est quasi impossible de trouver des statistiques fiables sur l'économie et sur la production locale. On ne peut rien prévoir, l'analyse économique est un leurre. Sur les 30 dernières années les gouvernants successifs ont été incapables de prévoir et de planifier les besoins de l'administration dans tous les secteurs; d'anticiper sur la croissance démographique, un pays sans, sens interdit, sans justice, sans feu rouge et vous voulez vous lancer dans une émission monétaire, une activité ou tout est discipline et rigueur; ou tout est instantané! Ou l'économie peut s'écrouler en un seul instant!! J'ai peur pour l'avenir de nos États avec ce débat qui agite les milieux pseudos indépendantistes en ce moment. En quoi le francs CFA gêne en réalité? Même la grande Chine à des difficultés avec sa monnaie qui n'est toujours pas convertible! Et ce malgré son poids de seconde puissance économique du monde.... la politique monétaire n'est ni un jeu d'enfant, ni un dîner de gala encore moins un fantasme.

 

Je reste Francis