« Face à la crise, nous maintiendrons nos efforts, il s’agit de la vie de nos populations »

Interview

En  charge  de  l’Économie  et  des  Finances  depuis  avril  2016,  Romuald Wadagni,  45  ans,  est  plus  que  jamais  l’un  des  piliers  du  gouvernement béninois.  L’un  des  deux  seuls  ministres  d’État  de  l’exécutif  mené  par Patrice  Talon.  Ces  dernières  années,  l’ancien  associé  de  Deloitte  s’est fait  remarquer  en  adoptant  une  politique  de  refinancement  de  la  dette de  son  pays  très  ambitieuse. Après  avoir  lancé  le  premier  emprunt  obligataire  du  Bénin  sur  le marché  international  en  2018,  il  a  émis  trois  ans  plus  tard  deux nouveaux  Eurobonds,  dont  l’un  avec  une  maturité  de  31  ans.  Une  autre première,  mais  cette  fois  à  l’échelle  du  continent. Grand  invité  de  l’économie  Jeune  Afrique-RFI  ce  samedi 11 juin 2022,  ce  fils  de haut  fonctionnaire,  diplômé  de  Havard,  commente  les mesures  prises  par  Cotonou  pour  faire  face  à  l’inflation,  plaide  pour  la concertation  entre  les  États  en  période  de  crise  et  revient  sur  la  brouille de  son  pays  avec  le  Nigeria,  ainsi  que  sur  la  réforme  du  franc  CFA  mise en  stand-by  en  raison  du  Covid-19.

Jeune  Afrique  :  Romuald  Wadagni,  vous  qui  êtes  un  ardent défenseur  du  secteur  privé,  le  retour  de  l’Africa  CEO  Forum,  après deux  années  de  Covid,  c’est  le  signe  que  tout  redevient  possible  sur le  continent. La  pandémie  est-elle  oubliée ?

Romuald  Wadagni  :  Non,  cela  ne  veut  pas  dire  qu’on  ne  pense  plus  à la  pandémie, mais qu’il faut aller de  l’avant. Il faut trouver les moyens de  vivre  avec  la  pandémie. Le  retour  de  l’ACF  était  très  attendu  parce  que  c’est  la  principale plateforme  où  les  grands  décideurs  privés  se  réunissent  entre  eux,  et profitent  aussi  de  la  présence  des  décideurs  politiques  pour  réfléchir aux  enjeux  auxquels  les  uns  et  les  autres  font  face.

Revenons  à  l’actualité  économique.  Depuis  quelques  mois,  on assiste  au  Bénin,  comme  ailleurs  dans  le  monde,  au  retour  de l’inflation.  Est-ce  lié  à  de  vraies  pénuries  ou  à  de  la  spéculation  ? Qu’observez-vous  dans  votre  pays ?

Aujourd’hui,  c’est  un  mixte  des  deux.  Nous  notons  des  phénomènes  de spéculation  sur  certains  produits  dont  nous  avons  régulé  le  prix,  l’huile par  exemple.  Certains  commerçants  gardent  leur  stock  et  tentent  de  le vendre  sous  le  manteau.  Mais  le  plus  important,  c’est  ce  qui  est  en  train d’arriver,  avec  la  hausse  des  prix  des  intrants  agricoles. La  vraie  menace,  c’est  que  lors  de  la  prochaine  campagne,  la production  agricole  ne  soit  pas  au  rendez-vous.  Et  cette  pénurie  ne  sera pas  due  à  la  spéculation,  elle  sera  bien  réelle. Vous  avez  entendu  le président  Macky  Sall  alerter  sur  le  risque  de  famine  en  Afrique.  Si  rien n’est  fait  pour  que  les  pays  africains  disposent  d’intrants  –  et  là,  c’est probablement  un  peu  tard  pour  la  campagne  2022-2023  -,  les  prix  des récoltes seront encore  plus élevés.

Que  peuvent  faire  les  gouvernements  pour  limiter  la  casse  sociale ?

Il  y  a  quatre types de mesures.  La  première,  c’est  de  renoncer  aux prélèvements  fiscaux  et  douaniers  pour  permettre  que  le  prix  soit accessible  aux  populations.  Si  on  laisse  les  mêmes  niveaux  de  TVA  et de  droits  de  douane,  les  produits  se  retrouvent  encore  plus  chers  pour les  populations.  Donc,  il  faut  un  renoncement  total  ou  partiel  à  ces prélèvements  sur  la  plupart  des  produits  de  grande  consommation,  tout en  veillant  à  ne  pas  pénaliser  les  industries  locales.   La deuxième catégorie  de  mesures,  ce  sont  les  subventions  directes,  par exemple  sur  le  gasoil.  Il  est  évident  que  nous  allons  continuer d’absorber  ce  choc.  L’ensemble  des  engins  de  chantier,  des  tracteurs, les  usines,  les  transports  en  commun  utilisent  le  gasoil.  Si  nous n’agissions  pas,  les  conséquences  sur  la  productivité  et  la  création  de richesse  seraient  désastreuses.  Nous  mettons  donc  de  l’argent  sur  la table  pour ralentir l’effet de  la  hausse  des prix. Troisième  type  de  mesures,  c’est  de  réglementer  et  surveiller  les  prix des  produits  fortement  subventionnés,  pour  lesquels  nous  voulons  nous assurer  que  la  population  profitera  des  appuis  de  l’État.  Et  la  quatrième mesure,  c’est  la  mise  en  place  de  filets  sociaux.  Une  partie  de  notre population  est  extrêmement  pauvre  et  nous  devons  nous  assurer  que  ces personnes  ont  accès  au  minimum  pendant  la  période  de  crise.

L’État  peut-il maintenir  ces efforts dans la  durée ?

Nous  allons  tenir  le  temps  qu’il  faudra  car  il  s’agit  de  la  vie  de  nos populations.  Quoi  qu’il  en  coûte.  La  bonne  nouvelle,  si  je  puis  dire, c’est  qu’il  s’agit  d’un  phénomène  global.  Nous  discutons  avec  les différents  membres  de  la  communauté  internationale.  Nous  ne  sommes pas  isolés.

Macky  Sall,  en  tant  que  président  en  exercice  de  l’UA,  s’est  rendu récemment  en  Russie  pour  porter  la  voix  du  continent  auprès  du président  Poutine  et  il  s’est  inquiété  des  difficultés  des  pays africains  d’accès  aux  céréales.  Le  chef  de  l’État  sénégalais  craint une  famine.  Est-ce  déjà  le  cas  au  Bénin ?

Ce  n’est  pas  le  cas,  même  si  une  partie  de  la  population  subit l’augmentation  des  prix.  La  menace  de  famine  vient  essentiellement  de l’absence  d’intrants  qui  pourrait  pénaliser  la  production  agricole.  Les vraies  difficultés  viendront l’année  prochaine. Mais  pour  le  Bénin,  et  c’est  une  situation  unique,  nous  avons  réussi,  en anticipant  dès  2021,  à  nous  assurer  que  nos  paysans  puissent  bénéficier d’intrants  pour  la  campagne  2022-2023.

Pour  quelles  raisons  avez-vous  constitué  des  stocks  d’intrants ?

C’est  l’incertitude  liée  au  Covid  qui  nous  a  poussé  à  le  faire.  L’idée était  de  dire  :  si  le  fret  continue  de  monter,  si  les  bateaux  et  les conteneurs  ne  circulent  pas,  il  faut  anticiper.  Bien  sûr,  on  ne  savait  pas, en  décembre,  quand  nous  faisions le  budget, que  la  guerre  surviendrait en  février.  Mais  l’analyse  macroéconomique,  l’évolution  des  cours  et les  problèmes  logistiques  au  niveau  mondial,  ont  conduit  le  Bénin  à anticiper.  Quand  vous  me  demandez  si  la  famine  est  là,  je  peux répondre  non.

Revenons  sur  les  propos  de  Macky  Sall  au  sujet  de  la  guerre  en Ukraine.  La  neutralité  du  président  sénégalais  sur  ce  dossier,  c’est aussi  la  position  du  Bénin  ?

La  position  du  Président  Macky  Sall  est  celle  du  président  de  l’Union africaine,  qui  tient  compte  du  fait  que  tous  les  pays  du  continent  n’ont pas  la  même  sensibilité.  Le  Bénin  a  une  position  simple  :  nous condamnons  la  violence  comme  manière  de  résoudre  les  conflits.  Nous l’avons  exprimé  devant  les  Nations  unies.  Quelles  que  soient  les raisons  qui  peuvent  mener  à  un  conflit,  nous  pensons  qu’il  est  toujours possible  de  s’assoir  autour  d’une  table  et  de  discuter.  La  guerre  n’est pas  une  solution.

L’autre  grand  enjeu  de  la  crise  actuelle,  c’est  l’accès  à  l’énergie. Comment  fait-on  lorsque  l’on  a  pris  des  engagements  pour  limiter son  impact  sur  le  climat  et  que  l’on  doit  développer  son  industrie  ?

 Effectivement,  l’accès  à  une  énergie  disponible  en  quantité  et  au  bon prix  est  un  des  facteurs  dont  dépend  l’industrialisation.  L’électricité coûte  3  ou  4  fois  plus  chère  en  Afrique.  Parallèlement,  nous  avons  pris des  engagements  concernant  le  climat.  Mais  aujourd’hui  cela  pèse  sur la  capacité  des  pays  africains  à  se  développer.  Tous  les  projets  gaziers ont  du  mal  à  être  financés.  Compte  tenu  de  notre  retard,  nous  devons moduler  nos  engagements.

Le  Bénin  et  le  Nigeria  sont  deux  pays  aux  destins  liés…  Pourtant, ces  dernières  années  ont  été  tumultueuses,  la  frontière  a  été fermée,  avec  des  conséquences  sérieuses  pour  le  commerce régional.  Quel  enseignement  avez-vous  tiré  de  cette  crise ?  

L’enseignement  est  simple  :  il  faut  que  nos  deux  pays  travaillent  plus ensemble.  Sur  les  trente  dernières  années,  les  tensions  ont  été nombreuses.  Les  deux  chefs  d’État  se  sont  vus,  un  groupe  de  travail  a été  mis  en  place  et  un  certain  nombre  d’actions  entreprises,  au  niveau diplomatique,  douanier  et  purement  économique. L’idée  de  la  nouvelle  dynamique  de  collaboration  avec  le  Nigeria  est simple  :  faire  en  sorte  que  le  produit  qui  arrive  au  port  de  Cotonou  pour le  Nigeria  puisse  faire  toutes  les  formalités  sur  place  afin  de  fluidifier les  relations  commerciales.  Quand  on  parle  contrebande,  on  parle  du riz  qui  traverse  la  frontière  vers  le  Nigeria,  mais  80%  de  l’essence vendue  au  Bénin  vient  illégalement  du  Nigeria.  La  réalité  est  que  les deux  pays  ont  conscience  qu’il  faut  agir  différemment.

Vous vous êtes beaucoup investi à l’échelle de la sous-région  dans  la réforme  du  franc  CFA.  Menée  tambour  battant  en  2019,  elle semble  tombée  aux  oubliettes…

L’horizon  a  changé  compte  tenu  de  l’instabilité.  Il  y  a  en  fait  deux réformes.  La  première  au  niveau  de  l’Uemoa  concerne  le  franc  CFA. Et  une  seconde,  qui  se  fait  dans  le  cadre  de  la  Cedeao  pour  que  les  15 États  membres  adoptent  une  monnaie  commune. S’agissant  du  franc  CFA,  la  réforme  prévoyait  la  fermeture  du  compte d’opération  auprès  du  Trésor  français  et  le  remplacement  des représentants  français  dans  les  organes  de  gouvernance  de  la  monnaie. C’est  aujourd’hui  effectif.  Le  passage  du  franc  CFA  à  l’Eco  n’a  en revanche  pas  pu  être  mis  en  œuvre,  d’abord  en  raison  du  Covid  et, maintenant,  de  la  guerre  en  Ukraine.

Romuald  Wadagni,  l’Afrique  attend  toujours  les  100  milliards  de dollars,  qui  correspondent  aux  droits  de  tirage  spéciaux  du  FMI que  pourraient  céder  les  pays  riches  aux  pays  en  développement. L’an  dernier,  vous  étiez  optimiste.  Mais  sur  ce  plan,  rien  n’a  bougé non  plus.   

Si  vous  me  reposiez  la  question  aujourd’hui,  je  vous  répondrais  avec  le même optimisme qu’il  y  a un an. Bien entendu,  nous  sommes en attente des  DTS.  Le  président  Macky  Sall  l’a  rappelé.  Moi  aussi  lors  des échanges  avec  mes  pairs,  par  exemple  le  ministre  français. Les  DTS  viendront,  c’est  certain.  Après  le  Covid,  la  guerre  en  Ukraine a  mobilisé  les  efforts  de  la  communauté  internationale.  Nous  espérions un  déblocage  lors  des  réunions  de  printemps  du  FMI,  en  avril,  il  n’est pas  arrivé.  Mais  c’est  une  question  de  temps.

Le  président  français  Emmanuel  Macron  a  été  réélu  pour  5  ans. Cela  vous  rassure-t-il dans le  contexte  actuel ?

L’une  des  choses  qu’on  admire  dans  des  pays  comme  la  France  ou  les États-Unis,  c’est  leur  administration  forte,  qui  garantit  une  continuité de  la  relation,  y  compris  quand  les  leaders  changent.  Ceci  étant  dit, quand  le  président  est  reconduit,  cela  permet  de  savoir  à  quoi  vous pouvez  vous  attendre.

Le  président  français  a-t-il  su  rénover  la  relation  de  la  France  avec le  continent,  comme  il  le  souhaitait,  ou  existe-t-il  toujours  un soupçon  d’ingérence  ?

Le  discours  français  est  toujours  à  replacer  dans  un  contexte  précis.  Il n’y  a  pas  de  discours  sur  l’Afrique,  mais  des  dirigeants  qui  se positionnent  en  fonction  des  circonstances.  Si  je  prends  le  cas  du  Bénin, je  n’ai  pas  en  mémoire  de  déclaration  française  prenant  position  sur  un point  ou  un  autre.  Quand  il  y  a  des  enjeux  pour  la  France,  pour  ses ressortissants  ou  ses  entreprises,  il  est  compréhensible  que  ses dirigeants  se  prononcent.

Que  doit  faire  la  France  pour  être  plus  populaire  auprès  des Africains ?

Demandez  à  la  France…  Quand  vous  entendez  le  plaidoyer  du président  Macron  pour  qu’il  y  ait  plus  de  ressources  à  destination  des pays  en  développement  durant  la  crise  du  Covid  et  que  la  France  se place  aux  côtés  de  l’Afrique  et  aux  côtés  des  économies  qui  sont  prêtes à  se  réformer,  les  populations  applaudissent.

Pour  finir,  la  présidentielle  de  2026,  au  Bénin,  c’est  déjà  dans  un coin  de  votre  tête  ?

 Non,  ce  serait  indécent.  Je  ne  fais  pas  de  langue  de  bois.  Nous  sommes à  quatre  ans  de  cette  échéance.  J’occupe  une  fonction  qui  demande beaucoup  d’énergie.  Il  y  a  tellement  à  faire.  Et  je  suis  convaincu  que quand  je  profite  de  chaque  instant  pour  bien  faire  ce  qui  est  attendu  de moi,  les  opportunités  s’ouvrent  naturellement.

Source : RFI - Jeune Afrique, Juin 2022