1er août 2017 : Patrice Talon reste dans la sobriété

Politique

Le Bénin a commémoré la fête nationale du 1er août le 57ème anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. Au titre des manifestations officielles, le traditionnel défilé militaire et paramilitaire qui s’est tenu sur le boulevard des armées à Cotonou.  C’était en présence du Chef de l’Etat, Patrice Talon.

Les cérémonies officielles marquant le 57ème anniversaire de l’Indépendance du Bénin, ont débuté en cette journée du 1er août par le traditionnel dépôt de gerbe au Monument aux morts. Une pause qui marque la reconnaissance aux héros de la lutte, les pères fondateurs de cette indépendance vis-à-vis du colonisateur, en l’occurrence, la France. Au quartier Xwlacodji de Cotonou, le Chef de l’Etat, a été accueilli par le Maire intérimaire, Isidore Gnonlonfoun. Une courte cérémonie qui a duré le temps de dépôt de la gerbe et l’allumage des flammes d’espoir.

Après cette cérémonie, le Président de de la République a pris la direction de la place de l’Etoile Rouge, lieu retenu pour le deuxième acte de la célébration, le défilé militaire et paramilitaire. Un peu avant 10 heures, le Chef de l’Etat debout dans le commande-car a fait en compagnie du Chef d’Etat-Major Général des Armées, le Général de Brigade Marcel Amoussou, la revue des troupes  avant de s’installer aux côtés de son épouse pour prendre part au défilé proprement dit.

A la loge officielle, l’ancien Président, Nicephore Dieudonné Soglo, les Présidents d’Institutions de la République, Adrien Houngbédji, Théodore Holo, Adam Boni Tessi, le Médiateur et les invités de marques.

Le protocole annonce l’ouverture du défilé et précise que la célébration de cette année est placée sous le signe : ‘’des forces de défense et de sécurité unies pour relever le défi du développement’’. De son intervention, on retient que le défilé se déroulera en 3 phases : l’étape des escadrons de la musique de l’armée de terre, le défilé pédestre avec l’ensemble des corps qui composent les hommes en uniforme et le défilé motorisé.

Sous le commandement du Capitaine de Vaisseau Karim Abalo des Forces navales, les différents pelletons se sont ébranlés pour un spectacle très apprécié dans sa discipline et sa rigueur comme les années précédentes. D’abord, la fanfare de la gendarmerie ouvre le bal. Elle offre plusieurs tableaux artistiques très séduisants. Les élèves des écoles Prytanée et le Lycée Militaire des jeunes filles ont emboîté le pas aux anciens combattants. Suivra le ballet des officiers. Les détachements de la police, de la gendarmerie, des eaux et forêts, des forces aériennes et navales se dévoilent, et laissent place à l’armée de terre dont le passage des différents corps sera clôturé par les disciples de St Michel, les Paracommandos. Le défilé motorisé marque la fin cette célébration officielle de la fête de l’indépendance.

Le chef de l’Etat salue les différents chefs d’escadron et se soumet une fois encore  à l’exécution de l’hymne national. « C’est une réelle satisfaction. La grandeur de notre pays s’exprime à travers la grandeur de notre armée… » a déclaré Patrice Talon.

 « Nos troupes étaient très bien habillées, très bien équipées. Cela fait notre fierté » a affirmé le Président de l’Assemblée nationale  Me Adrien Houngbédji. Pour le ministre d’Etat chargé du Plan et du développement, Abdoulaye Bio Tchané, c’était tout simplement ‘’très beau’’. Plusieurs autorités présentes à ce défilé appellent à l’unité nationale.

« J’invite mes compatriotes à méditer les paroles de l’hymne national, on ne construit pas un pays dans la haine et les injures. Mettons la haine de côté et construisons notre pays », a déclaré l’honorable Claudine Prudencio. Allant dans le même sens, le Président de la Cour Constitutionnelle, le professeur Théodore Holo déclare : « C’est un défilé sobre mais bien organisé. C’est le symbole de l’unité nationale. Il faut travailler pour permettre aux générations futures de profiter de notre engagement… ».

 

Envoyé spécial Julien AKPLAKA