Législatives de 2019 : Clap de fin

Politique

Le Chef de l’Etat béninois, Patrice Talon a annoncé la convocation du corps électoral pour le 28 avril prochain, en vue de l’organisation des élections législatives de 2019.

La 7ème législature vit ses derniers mois. Suivant l’article 46 de la Constitution : - La convocation des électeurs est faite par décret pris en Conseil des ministres – Patrice Talon, lors de l’hebdomadaire Conseil des Ministre en date du mercredi 9 janvier 2019, a satisfait cette obligation en annonçant le prise du décret convoquant le Corps électoral. Les électeurs sont donc fixés, ils sont appelés aux urnes pour le 28 avril prochain, afin de renouveler la chambre des représentants. En prenant l’option de convoquer le corps électoral, Patrice Talon, met fin aux supputations d’intrigues politiques qui voulaient faire croire à un prolongement du mandat actuel des députés d’une part et d’un quelconque couplage des élections municipales avec les législatives d’autre part.

Convoquer le corps électoral n’est pas encore une prouesse en la matière, certes c’est un message clair de la part du Chef de l’Etat, de sa volonté de ne point déroger aux principes cardinaux d’une démocratie, c’est-à-dire organiser les consultations électorales à bonne date. Les législatives de 2019, permettront de tester les conditionnalités contenues dans la nouvelle Charte des Partis Politiques, d’en toucher du doigt les limites et ses avantages, parce que certaines subtilités ne sont pas toutes partagées.

Suivant l’article 80 de la Constitution « Les députés sont élus au suffrage universel direct. La durée du mandat est de quatre ans. Ils sont rééligibles. Chaque député est le représentant de la Nation toute entière et tout mandat impératif est nul » l’Assemblée Nationale, se verra renouveler. La 8ème Législature sera installée et le Renouveau Démocratique amorcé depuis février 1990, s’en trouverait renforcé. Et Patrice Talon connaitra sa première expérience électorale.

 

Ghyslain-Euloge NANGA