Présidentielle de 2021 : L'opposition plaide pour un scrutin crédible

Politique

Prévue dans quatre mois, la présidentielle s'annonce à grands pas. Certains partis politiques de l'opposition dénoncent un recul démocratique dans le pays et de magouilles pour la prochaine joute électorale. C'est à travers une déclaration de presse qui a eu lieu au siège principal du parti "Les démocrates" ce dimanche 27 décembre 2020, que ceux-ci ont critiqué la gestion du chantre de la rupture.

L'opposition politique  s'inquiète d'un climat politique délétère au Bénin à quelques mois de la présidentielle. Selon le collectif de l'opposition, le président Patrice Talon a engagé le pays dans une «gouvernance catastrophique»  depuis son arrivée au pouvoir en 2016. À les entendre, la situation politique nationale actuelle laisse croire que pour « les élections présidentielles qui se profilent à l'horizon de 2021, le pouvoir se prépare à duper à nouveau le peuple béninois comme lors des législatives de 2019, des municipales et communales de 2020 ». Parmi les griefs retenus, on a : l'opacité de la liste électorale. « Aucune élection ne peut être possible sans une liste électorale crédible élaborée sous le contrôle vigilant de toutes les parties:opposition, mouvance et société civile. C'est la raison pour laquelle toutes les structures de gestion de la LEPI étaient paritaires » ont-ils dit. Mais « avec l'élection d'une assemblée monocolore», cette parité n'existe plus. Ils ont affirmé aussi qu'avec le RAVIP, plus de deux millions de personnes reçoivent des actes de naissance dans une totale opacité et en dehors des structures prévues pour la délivrance de tels actes. Ainsi donc, « Les partis, associations et personnalités de l'opposition regroupés dans le collectif juge inadmissible l'organisation des élections sur la base d'une telle liste et en exigent un audit indépendant avant toute utilisation » ont-ils tonné. Ce collectif dénonce également « le parrainage, le code électoral taillé sur mesure, la question de la vice-présidence, la prolongation arbitraire et opportuniste du mandat du président de la république ».

Pour une bonne marche de la démocratie au Bénin et un bon déroulement de la présidentielle de 2021, le collectif de l'opposition exige: le respect et l'exécution des décisions de la Cour Africaine des Droits de l'Homme et des peuples, la convocation en urgence des assises nationales pour permettre le vivre ensemble, la fin du mandat du président en exercice Patrice Talon le 5 avril à minuit.

Ainsi, le Bénin pourra tenir le haut du pavé, briller sous le soleil des libertés et être une destination politiquement enviable et vivable, un pays démocratiquement désirable et viable.

Léonce Houliho