Présidentielle 2021 : 20 candidatures avec ou sans parrains

Politique

Ce jeudi 4 février 2021, a vu défiler toutes les sensibilités politiques à la Commission Electorale Nationale Autonome, celles-là qui aspirent à gouverner le Bénin. Au total 20 dossiers ont été enregistrés pour la Présidentielle d’avril 2021.

Un point positif sort de ce triste constat en ces premières minutes après la clôture pour l’enregistrement des dossiers de candidatures à la magistrature suprême. Depuis les premières élections démocratiques aux lendemains de la Conférence Nationale, la classe politique béninoise nous a habitué à une kyrielle d’intentions. Cette fois-ci, la Commission électorale nationale autonome Cena, n’a enregistré que 20 dossiers. Finies donc les candidatures jugées fantaisistes ou pour paraphraser un auteur-candidat le premier tour est une élection ministérielle, pour se faire voir et négocier un poste bien plus tard. 20 dossiers. Parmi ceux-ci, on constate des candidatures solitaires, à l’image de l’ancien ministre Galiou Soglo qui revient une fois encore, et une candidature non moins surprenante, celle de Reckya Madougou qui s’est accroché à un Patrick Djivo, un ancien Prdiste pour former un duo, se conformant du coup aux nouvelles directives constitutionnelles. Joël Aïvo est aussi candidat. Devrait-il organiser ses dialogues itinérants et manquer finalement à l’appel ? Son nom a été l’objet de toutes les combinaisons possible pour finalement se retrouver en duo avec Moïse Kérékou, un nom qui sonne fort mais qui n’aura certainement pas le même écho. Des néophytes ont fait également leur entrée dans ce classement, comme pour montrer leur existence ou pour émietter l’électoral, une vieille stratégie qui résiste à la réforme du système partisan.

Système partisan, parlons-en. Un contraste tout de même. Montre-t-il peut-être très tôt ses limites ? La formule viciée de faire conformer les partis politiques aux nouvelles dispositions en la matière sans oublier les formules quitus, récépissé, ont tôt fait de décourager les plaisantins à la création de parti. Les grands ensembles souhaités ont été aussi pris d’assaut pour servir de parapluie immunitaire. Si on en vient à avoir 20 dossiers quelle que soit la qualité, ceci dénote d’une envie de liberté démocratique que réclame foncièrement le peuple béninois.     La pilule est amère. La marche forcée entretenue par le Chef de l’Etat pour aboutir à ce résultat n’aura pas été sans anicroches. Aux exigences lasses du Front de l’opposition – le retour à la Constitution du 11 décembre 1990, le retour des exilés politiques ou économiques, le respect des décisions de la Cour africaine des droits de l’Homme - l’opinion publique s’est rendue compte de l’intransigeance d’un pouvoir déterminé à mettre de l’ordre dans un capharnaüm.

Tous les regards sont donc tournés vers la Cena qui dispose de 8 jours pour étudier les 20 dossiers enregistrés. D’autres seront appelés pour compléter d’autres iront directement à la poubelle parce que sans parrainage. La conformité des dossiers et leur régularité sont d’autres facteurs pour peaufiner définitivement cette liste.   

Ghyslain-Euloge Nanga.