Affaire Réckyath Madougou : Les faits marquants de son arrestation

Politique

Eliminée dans la course pour la présidentielle du 11 avril prochain, la candidate du parti Les Démocrates, Réckyath Madougou, a été finalement assignée à résidence après son interpellation d’abord puis son audition devant le Procureur Spécial Mario Mètonou. Dans un point de Presse du 04 mars 2021, le procureur Mario Mètonou a justifié qu’elle serait le cerveau de « manœuvres pour provoquer la terreur, le chaos et  faire suspendre le processus électoral ». Une  arrestation qualifiée d’arbitraire selon la classe politique de l’opposition.

Tout est allé très vite entre le 03 et le 04 mars 2021. C’était au cours d’une conférence de presse conjointe qui a tôt fait de se transformer en meeting  dans la ville de Porto-Novo que  Réckyath Madougou a été appréhendée par la Police Républicaine. Le Constitutionaliste Joël Aïvo, également candidat recalé était témoin de l’arrestation. A l’en croire, ils clôturaient ensemble le meeting de Porto-Novo quand subitement le périmètre a été encerclé par un fort détachement militaire. En route pour Cotonou, c’est sur le pont de Porto-Novo que le cortège a été intercepté. Quatre agents des forces de l’ordre se sont alors emparés du véhicule de Madougou pour la conduire à la Brigade économique et financière.

Dans le point de presse du Procureur Spécial de la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (CRIET), l’opposante serait mise en cause dans une procédure d’enquête ouverte le vendredi 26 février 2021 contre les nommés Ibrahim Mama Touré, Colonel de l’ex gendarmerie à la retraite et Georges Sacca, un proche de Réckyath Madougou. « Le 24 février 2021 vers 22H30, Georges Sacca qui se trouve à Parakou, est entré en contact avec le

colonel Ibrahim Mama Touré pour, dit-il, lui confier une mission très sensible et importante », a rappelé le Procureur. Selon ce dernier, la  mission confiée au Colonel consistait à éliminer deux  autorités politiques et influentes de la ville de Parakou dont la seconde devrait mourir aux obsèques de la première victime. C’est au cours d’un échange de frais mission entre Georges Sacca et  le colonel Ibrahim Mama Touré  que les deux ont été interpellés par la Police Républicaine. De l’aveu du Colonel, les fonds auraient été envoyés par Réckyath Madougou.  « Le but de ces manœuvres est de provoquer la terreur, le chaos et de parvenir ainsi à faire suspendre le processus électoral en cours », a précisé Mario Mètonou dans son point de presse. C’est pourquoi elle a été arrêtée selon lui.

Pour l’avocat de l’ex ministre  béninois et conseillère du Président Togolais Faure Gnassigbé, c’est une arrestation arbitraire. «C’est toujours l’association de malfaiteur et le terrorisme », a défendu  Me Renaud Agbodjo  sur Rfi. Les déclarations de soutien à Réckyath Madougou fusent de toute part surtout des partis politiques de l’opposition. Avant sa prochaine condamnation, une pétition a même été lancée pour sa libération immédiate. Aux dernières nouvelles, après son audition, elle a été assignée à résidence.

Pour rappel, Réckyath Madougou est la candidate au poste de Président au nom du parti Les Démocrates dont le colistier est Patrick Djivo. Son dossier a été rejeté après examen de la Commission électorale nationale autonome (Cena). Bio Dramane Tidjani, un des responsables du parti Les Démocrates et son collaborateur Mamadou Tidjani, ont été placés en détention depuis le 1er mars 2021   pour des motifs similaires à ceux évoqués contre l’opposante Réckyath Madougou.

Bertin DOKO