Vol inaugural RwandAir : Du ‘’Fongbé’’ à bord

Société

Depuis le 1er août 2017, le Bénin et le Rwanda ont scellé une relation qui s’est nouée dès les premières heures de l’avènement du régime de la Rupture. Un vol inaugural a été d’ailleurs effectué en cette matinée de la fête de l’Indépendance du Bénin, pour marquer l’adhésion des deux pays à créer une compagnie aérienne qui  verra le jour dans les prochains mois.

A bord du Boeing 737-800 de la compagnie RwandAir , les ministres des Affaires étrangères du Bénin et du Rwanda, deux délégations savamment composées pour assister d’abord au vol local avec pour itineraire Cotonou-Save-Parakou-Bohicon-Porto-Novo-Cotonou  de l’avion qui atterrit sur le tarmac de l’aéroport international Bernardin Cardinal Gantin de Cadjèhoun et pour vivre l’émotion d’un vol inaugural. Un trajet conçu pour la circonstance. Ces différentes autorités ministérielles et aéroportuaires étaient loin d’imaginer la surprise que leur réservait l’équipage conduit par le commandant du bord, Habib Aboukhedoud, un pilote chevronné béninois avec plus de 18 ans d’expériences qui était aux manettes pour piloter ce boeing avec  à ses côté le Directeur des Operations de la Compagnie Rwandair le Commandant Santos Pio.

Sur tout vol et avant tout décollage, le chef de cabine ou le Commandant de bord s’adresse aux passagers pour donner certaines consignes et  informations concernant le vol. Pour celui de RwandAir qui connaissait son premier envol sur la terre béninoise, c’est le Commandant qui a pris ses responsabilités. Il s’est adressé d’abord en anglais puis en français. La forte clameur qui a suivi par la suite marquée par un tonnerre d’applaudissement fait suite à un dialecte que seuls les passagers béninois ont bien compris. Le Commandant Habib Aboukhedoud, vient de s’exprimer en « fon » et a donné les mêmes informations qu’en anglais et en français dans la langue la plus parlée plus au sud du Bénin a souhaité la bienvenue à bord. Le pilote s’en défend : « Je parle très souvent le fon sur mes vols. C’est vrai que celui-ci est un peu particulier et j’ai eu cette chance d’être là au moment de la célébration de l’indépendance de mon pays. Je suis fier de porter le drapeau béninois partout où j’irais, partout où je ferai entendre parler du Bénin ».

Le Bénin, est devenu par ce premier vol, un hub pour le Rwanda. Et Kigali entend contribuer à la prochaine compagnie aérienne du Bénin, selon les accords entre les deux Etats. Et pour le fongbé à bord ? Habib Aboukhedoud, adresse un clin d’œil comme pour donner rendez-vous à ses prochains passagers.

 

Ghyslain-Euloge NANGA