Communication environnementale : Une start-up au Bénin

Société

Terre à Terre Bénin est la toute première start-up au Bénin, spécialisée dans la  Communication environnementale. Une initiative  de Inès Kuassi Nanga,  journaliste spécialiste des questions environnementales. En marge des travaux de la COP 23 à Bonn, Terre à Terre Bénin s’est illustrée dans la production d’émissions de sensibilisation et d’information.

Au Bénin, 89% des 83 tonnes de CO (Monoxyde de Carbone, gaz qui participe à la pollution atmosphérique), émis chaque jour à Cotonou, sont générés par les motos.  Or dans la ville de Cotonou, au moins un ménage dispose d’une moto, sans compter le phénomène des taxi-motos communément appelé Zémidjan. Il est donc évident  que la population de Cotonou en particulier et celle du Bénin en général, est dans le besoin d’être informée pour changer de comportement d’une part et de participer activement aux côtés de toutes les structures qui luttent contre les effets du changement climatique. Pour combler le vide d’information et de sensibilisation, Inès Kuassi Nanga, journaliste et spécialiste des questions environnementales, a créé la start-up Terre à Terre Bénin. « … Aujourd’hui la préservation de l’environnement est une question cruciale pour les générations à venir. Dans quelle condition laisserons-nous la planète … », se demande l’initiatrice de Terre à Terre Bénin qui a profité de sa présence à Bonn en Allemagne où se tient actuellement la COP 23 pour mettre sur orbite sa structure.

Terre à Terre Bénin vise entre autres à accompagner les entreprises dans leurs stratégies de communication environnementale. Elle a également pour objectif d’accompagner les populations du Bénin dans la lutte contre les phénomènes environnementaux actuels en contribuant ainsi à l’amélioration de la santé des populations.

Pour lnès Kuassi Nanga,  Terre à Terre Bénin, n’a pas vu le jour de façon spontanée mais remonte à bien des années en arrière. « C’est à l’âge de 15 ans que j’ai été initiée aux questions environnementales grâce au programme GLOBE (Global Learning and Observation to Benefit the Environment). J’y ai appris comment être utile à ma communauté » a-t-elle rappelé. 

« Nous avions une station météo dans notre collège où par équipe nous prélevions les températures minimale et maximale, la pluviométrie, on apprenait à identifier les nuages dans le ciel, à ne pas jeter des ordures dans la cour, comment maintenir notre environnement sain. Une fois par semaine nous sensibilisions nos camarades en partageant toutes ces connaissances et expériences avec eux » a-t-elle ajouté. Aujourd’hui, c’est chose faite. La start-up Terre à Terre Bénin vient concrétiser un rêve et une passion. Après 10 ans dans le monde des médias, Inès Kuassi Nanga entend s’investir désormais aux côtés des Organisations Non Gouvernementales tant nationales qu’internationales, et les pouvoirs publics qui s’occupent des questions environnementales. Terre à Terre Bénin a vu le jour après la participation de son initiatrice à la 7ème session de la formation en     « Civic leadership » du centre régional Yali Dakar. « …Ceci a été un déclic pour moi. J’ai mesuré l’importance d’avoir cette start-up pour contribuer efficacement aux problèmes environnementaux de ma communauté… »  s’est exclamée Inès Kuassi Nanga.  Elle a décidé de lancer officiellement les activités de sa structure à la COP 23 qui se déroule à Bonn en Allemagne, parce que pour elle, « autant être présent dans les réunions où les grandes décisions sont prises ».

 

Armel TOGNON