Live pornographique et danse obscène : Une chasse lancée contre les auteurs

Société

Le « wolosso » et les «partouse » dans le viseur de Sacca Lafia. Le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique l’a fait savoir à travers un communiqué radiodiffusé et télévisé datant du 03 février 2021. Les auteurs de ces actes impudiques sont désormais traqués.

«Ces actes constituent des sources de dépravation des mœurs pour les adolescents ». Telle est la source d’inspiration du ministre de l’intérieur et de la sécurité publique qui est décidé à mettre fin à la déviance sexiste et pornographique au Bénin. A travers le communiqué du 03 février, Sacca Lafia dit avoir constaté la recrudescence d’actes impudiques sur les réseaux sociaux et dans les débits de boissons et assimilés. Les auteurs des spectacles obscènes du genre strip-tease dont la danse dite « Wolosso » constitue une variante ; des séances live de relations charnelles en groupe à tendance pornographique appelés « partouse » et des clips vidéo à relent pornographique sont désormais poursuivis. Le ministre a en effet invité les populations à dénoncer sous anonymat ces actes au commissariat de police le plu proche ou à la brigade des mœurs  par des lignes vertes. Les forces de sécurités publiques sont également instruites à protéger les potentiels dénonciateurs.

Ce communiqué intervient quelques semaines après des interdictions de plusieurs préfets du Bénin de la prise de « Chicha » sur leurs territoires respectifs. La drogue, l’alcool et le sexe deviennent de plus en plus remarquable chez les jeunes sur les réseaux sociaux et dans les débits de boisson. Ces restrictions des autorités participeraient certainement à la réduction des conséquences dommageables que peuvent causer les actes du genre. 

Bertin DOKO