Coupe d’Afrique des Nations Gabon 2017 : Le premier tour au peigne fin

Sport

Le rideau s’abaisse lentement après le premier tour de la CAN Gabon 2017. Au bout de douze jours de compétition, le parcours s’arrête pour les élèves les moins brillants de la classe. Seules huit formations sont autorisées à poursuivre l’aventure, après deux jours de trêve méritée. L’occasion pour filinfos.info d’attribuer les notes aux 16 pays qui ont animé ce premier tour de la compétition.

Les bons élèves

Sénégal : comme en 2002 ?

Eliminé au premier tour lors de l’édition dernière, le Sénégal a débarqué au Gabon dans la peau d’un outsider en quête de rachat. Et le moins qu’on puisse dire après ce premier tour, c’est que les poulains d’Aliou Cissé ont frappé fort, très fort même. Portés par un Sadio Mané en grande forme, les Lions ont assuré leur qualification et la première place en deux journées, grâce à leurs victoires à chaque fois 2-0 sur la Tunisie puis le Zimbabwe. La dernière rencontre en guise de formalité a été aussi aboutie puisque le Sénégal bis a tenu tête à l’Algérie présentée comme grand favori pour le titre.

Joueur-clé : Sadio Mané

 

Egypte : les Pharaons de retour aux affaires

L’Egypte répond au nom de l’équipe la plus titrée de la compétition. Et même leur triple absence (2012, 2013 et 2015) n’a pas émoussé leur volonté de glaner un autre titre ; au contraire. En restant invaincu au premier tour – un nul contre le Mali, une victoire contre l’Ouganda et une autre sur le Ghana qui leur assure d’ailleurs la tête du groupe – les Pharaons étirent un peu plus leur série d’invincibilité en phase finale de  CAN. Ça fait 13 ans que ça dure. Chapeau !

Joueur-clé : Mohamed Salah

 

RDC : les Léopards en veulent encore

La RDC est désormais une équipe à prendre au sérieux. Après la troisième place acquise en 2015 les Léopards repartent au Gabon voisin avec l’objectif de faire aussi bien, sinon mieux. Privés de Yannick Bolassié blessé, les hommes de Florent Ibengué on su très bien jouer le coup, dans un groupe où se trouvait la champion en titre. Qualification méritée avec la première place à la clé, après avoir battu le Maroc et le Togo et accroché la Côte d’Ivoire, la RDC a aussi brillé par sa défense : bilan, deux buts encaissés en trois matches.

Joueur-clé : Junior Kabananga

 

Burkina Faso : opération rachat

L’objectif était simple pour le Burkina Faso : éviter le désastre de 2015. Mais les choses n’ont pas été aussi simples pour les Etalons. Auteur de deux matches nuls lors des deux premières journées, le Burkina Faso devrait absolument gagner son troisième face à face pour s’ouvrir le chemin des quarts de finale. Mission amplement accomplie puisque les Burkinabès terminent même en tête du groupe A, devant le Cameroun. Le plus dur commence peut-être pour les coéquipiers de Charles Kaboré qui auront dans un coin de leur tête les moments qui ont marqué leur parcours en 2013.

Joueur-clé : Bertrand Traoré

 

Ils ont répondu présent

Ghana : champion en l’absence du champion ?

Le Ghana n’est plus à présenter dans l’histoire de la Coupe d’Afrique des Nations. Abonnés au carré d’as ces dernières éditions, les Black Stars étaient avec l’Egypte, les deux favoris du groupe D. Et comme dans la course au mondial 2018, c’est le vice-champion d’Afrique en titre qui a courbé l’échine, perdant au passage son capitaine Asamoah Gyan sur blessure. La qualification est tout de même acquise grâce aux succès contre la Mali et l’Ouganda. Une nouvelle défaite dans cette phase à élimination directe sera perçue à Accra comme un échec, en raison du résultat de l’édition 2015. Le chemin qui mène à la finale est encore long et tortueux. A bon entendeur, demi-mot !

Adversaire en ¼ de finale : la RDC

 

Cameroun : quand deux Lions se battent…

On prédisait aux Lions Indomptables une vie agitée en raison de l’homogénéité de leur groupe et des défections enregistrées dans leurs rangs. Fausse alerte ! Le Cameroun est bien au second tour en compagnie du Burkina Faso. On retiendra que les Camerounais ont validé leur passage au tour suivant en officialisant par la même occasion l’élimination du Gabon, pays organisateur. Les coéquipiers de Benjamin Moukandjo ont lentement mais surement fait le boulot avec détermination. Les Camerounais ont l’occasion de jauger leur niveau avant d’accueillir la compétition dans deux ans.

Adversaire en ¼ de finale : le Sénégal

 

Tunisie : l’Aigle en mode diesel

La Tunisie est le deuxième du groupe B, derrière le Sénégal. Si les Aigles de Carthage se sont inclinés 2-0 contre les Lions, ils ont ensuite su voler plus haut et plus vite pour tromper la vigilance des Fennecs dans le derby du Maghreb. Les Zimbabwéens lors du troisième match n’ont pas eu l’expérience nécessaire pour compromettre la qualification des Tunisiens. Comme face au voisin algérien, la cohésion de l’équipe tunisienne et son réalisme ont marqué son réveil dans la compétition. Attention à ne plus baisser la garde.

Adversaire en ¼ de finale : le Burkina Faso

 

 

 

Maroc : le plus dur commence !

Emmené pas un Hervé Renard désormais ‘’maitre’’ de la compétition africaine, le Maroc a effectué un sursaut tonitruant après sa défaite contre la RDC. Le ‘’Renard’’ a d’abord donné une leçon de football à son ancien mentor, Claude Leroy avant de forcer la Côte d’Ivoire à renoncer prématurément à la conservation de son titre. La mission du Maroc est désormais d’interrompre la longue série d’invincibilité de l’Egypte en Coupe d’Afrique des Nations. Un véritable test pour voir si le nouveau ‘’maitre’’ de la compétition a la carapace assez solide pour ce défi.

Adversaire en ¼ de finale : l’Egypte

 

Il n’a pas eu de miracle pour eux

Guinée Bissau : une première et rien d’autre

Pour sa première participation à la Coupe d’Afrique des Nations, la Guinée Bissau n’a pas fait le miracle espéré. Petit poucet du groupe A, les Bissau Guinéens ont bouclé leur compétition à la dernière place avec le bilan d’1 point et un goal différentiel de -3. Néanmoins, Zezinho et ses coéquipiers ont eu le mérite d’hypothéquer la survie du pays organisateur dès leur entrée en matière. L’expérience du haut niveau a été un facteur important mais cette participation pourrait servir de repère à l’équipe guinéenne pour le futur.

Meilleure performance : contre la Gabon

Zimbabwe : les Guerriers y croyaient encore !

Le Zimbabwe avait encore une chance de se qualifier avant son troisième match. Sa belle performance (2-2) contre l’Algérie combinée aux faux-pas des deux maghrébins (Tunisie 0-2 Sénégal et Algérie 1-2 Tunisie) laissait encore le jeu ouvert jusqu’aux rencontres décisives. Et c’est justement lors du dernier acte contre les Aigles de Carthage que les Warriors ont perdu la bataille. En trois participations à la CAN, le Zimbabwe n’a toujours pas réussi à passer la premier tour. La prochaine sera-t-elle la bonne ? A suivre.

Meilleure performance : contre l’Algérie

Ouganda : ce n’est que partie remise

Battus lors de ses deux premières oppositions par le Ghana puis l’Egypte, l’Ouganda est l’une des premières nations assurées de quitter la compétition au premier tour. Mais les Cranes ont tenu à sauver leur honneur contre un Mali qui croyait encore à sa qualification. Le seul but inscrit dans le tournoi et le point du nul arraché contre les Aigles ont permis aux Ougandais de ne pas rentrer bredouille. Le combat ne s’arrête pourtant pas là puisque l’Ouganda retrouvera ses deux bourreaux sur le chemin qui mènera au Mondial en Russie.

Meilleure performance : contre le Mali

Togo : Leroy n’aura pas suffit

Placé dans le groupe C, le Togo était tout sauf un favori. Les Eperviers qualifiés in extremis à cette CAN se remettaient à leurs cadres mais aussi et surtout à un entraineur très expérimenté. Sélectionneur à succès en Afrique, Claude Leroy, surnommé ‘’le sorcier blanc’’ devrait faire du Togo un sérieux trouble-fête. Mission bien entamée puisque les Togolais ont fait jeu égal avec le champion en titre ivoirien (0-0). Le reste sera un calvaire digne d’un film dramatique : double défaite (3-1) et le Togo dit au revoir à la CAN.

Meilleure performance : contre la Côte d’Ivoire

 

 

Herman Ahouandé