Loi de finances 2022 : Romuald Wadagni présente les grands axes

Economie

Le budget général de l’Etat gestion 2022 a fait objet de débat ce mardi 29 juin 2021 au Palais des Gouverneurs à Porto-Novo. Devant les députés, Romuald Wadagni, ministre d’Etat chargé de l’Economie et des finances, a présenté les grandes lignes du contenu du projet. Plusieurs axes ont intéressés la représentation nationale.

L’argentier du Bénin accroche les parlementaires sur la loi des finances exercice 2022. Pendant plusieurs heures, Romuald Wadagni a livré les grandes orientations du projet. Une loi de finances qui rime avec les objectifs du quinquennat 2021-2026 du gouvernement du Président Patrice Talon. L’enjeu de cette vision concerne le maintien de la place du Bénin en tant que premier producteur agricole dans la sous-région, le déficit d’industrialisation et le volet social.  « Pour le premier point, c’est difficile mais nous ferons en sorte de maintenir le cap. S’agissant du déficit d’industrialisation, il faut faire remarquer que le développement part du secteur secondaire. Quand on prend le PIB, il y a trois secteurs: le secteur primaire, le secteur secondaire et le secteur tertiaire. Nous ne pouvons pas développer notre pays en restant un pays dont le secteur primaire est confortable et un secteur secondaire inexistant », a expliqué le ministre Romuald Wadagni. Il a par ailleurs évoqué que la  transformation de l’économie du Bénin doit passer  par une industrialisation sélective et ciblée sur les atouts du secteur primaire. « D’où la création de la zone industrielle de Glo-Djigbé depuis 2017 pour la transformation de nos produits agricoles. À ce niveau, il y a trois projets dont le Projet de transformation du coton. Il y a eu également pour l’anacarde. Toutes les conditions sont réunies pour bien démarrer en dehors de la main d’œuvre qualifiée. Pour ce qui concerne l’aéroport de Glo-Djigbé, le projet est bouclé à 100%… », va-t-il ajouter. Selon ce dernier, l’État mettra en œuvre des projets à fort impact social. Les projets déjà en cours, comme le projet ARCH, seront accélérés. Au cours des échanges, les préoccupations et les recommandations des députés ont porté entre autres sur la nécessité de prévoir dans le budget 2022, l’augmentation du SMIG et l’amélioration des salaires et des pensions.

Bertin DOKO