Présidentielle 2021 : « Il s’agit surtout de choisir un programme» dixit Patrice Talon

Politique

Comme tout citoyen, le Président de la République a accompli son devoir civique ce dimanche 11 avril 2021, jour du scrutin présidentiel au Bénin. Plus de quatre millions d’électeurs sont appelés aux urnes pour élire le prochain président sur la liste de trois candidats. Malgré quelques intimidations surtout au centre du pays, Patrice Talon a invité ses concitoyens à voter comme lui dans la paix.

Après deux semaines de campagne, les béninois choisissent leur président ce dimanche 11 avril. Citoyen avant d’être président, Patrice Talon a mis son pouce dans l’encre pour choisir son candidat. « Le Bénin est en train d’écrire à nouveau une page de son histoire. Puisque le vote d’aujourd’hui est d’une importance capitale pour moi », a déclaré Patrice Talon après avoir accompli son devoir civique. « Au-delà du duo à choisir, il s’agit surtout de choisir un programme. Celui qui correspond le mieux et qui répond le mieux aux attentes de nos concitoyens. J’ai espoir qu’aujourd’hui sera un grand jour », a ajouté le président de la République, candidat à sa propre succession.  

Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, le scrutin se déroule dans la quiétude dans presque dans tout le pays hormis quelques intimidations notées au centre du Bénin. Les villes de Bantè, Savè et Tchaourou, connaissent peu d’affluence. Selon la plateforme électorale des organisations de la société civile, « aucun poste de vote n’est ouvert jusqu’à dix heures » à Savè et à Tchaourou. A en croire la même plateforme, un observateur de la société civile est détenu par les présumés chasseurs dans la commune de Bantè, ville originaire de Komi Koutché, l’ex argentier de l’ancien président Boni Yayi. De l’opposition radicale, Komi Koutché avait lancé un appel à manifestation contre ce qu’il appelle « illégitimité du pouvoir du président Patrice Talon » après la date du 05 avril qui constitue selon lui la fin de son mandat. En attendant les résultats provisoires, le taux de participation reste un enjeu capital pour la troisième élection organisée sous la gouvernance de Patrice Talon dans un contexte tendu.

Bertin DOKO