Situation sécuritaire : 56 cartons de munitions découverts à Bantè

Politique

Un accident de circulation s’est produit vendredi 30 avril 2021 dernier vers 05 heures du matin dans le village Agbon, arrondissement d’Atokolibé, commune de Bantè. Après constatations et fouilles des véhicules endommagés, une découverte de près de 70 000 cartouches de calibre 12 a été faite par les forces de l’ordre. D’après la déclaration du Procureur Spécial près de la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (Criet), une enquête est ouverte pour situer les responsabilités et élucider l’affaire.

Bantè, la commune natale de Komi Koutché, ex argentier du Bénin est creux de la vague. La déclaration de presse du Procureur Spécial près de la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme, Mario Mètonou, met en doute la sécurité totale du pays surtout dans le centre et le nord du Bénin après la découverte de 56 cartons de munitions soit 70 000 cartouches de calibre 12 sont mises à nu par la police Républicaine dans un véhicule qui a eu un accident de circulation.  En effet, le Commissariat de Gouka a été saisi d’un cas d’accident mortel de la circulation qui s’est produit à hauteur du village d’Agbon, dans l’arrondissement d’Atokolibé, commune de Bantè.  « Les premières constatations ont permis de relever que l’accident s’est produit entre un minibus de marque MAZDA immatriculé BH 0337RB, de couleur rouge, et un bus de marque RENAULT appartenant à la compagnie « Coopérative Transport Voyageurs » (CTV), immatriculé BH 1479 RB sur la Route Nationale Inter État n° 3, (RNIE3) tronçon Savalou – Bantè », a notifié Mètonou dans sa déclaration. La fouille du minibus a permis de découvrir qu’il transportait 56 sacs de jute imbibés d’huile rouge. Aux dires du Procureur Spécial, en lieu et place de l’huile rouge, il a été découvert des « cartons de munitions de calibre 12 soigneusement emballés ». Le décompte des sacs fait état de 70 000 cartouches camouflés pour tromper la vigilance des forces de l’ordre.

Le seul rescapé de l’accident répondrait  au nom d’Aziz Kankalala, de nationalité́ togolaise et résidant à Aledjo au Togo. A en croire Mario Metonou, ce dernier  a l’habitude d’aider le conducteur du minibus, également de nationalité́ togolaise, à décharger ses marchandises. Mais cette fois-ci, il aurait été sollicité la veille aux environs de 20 heures à Aoro, village situé sur l’axe routier Bassila - Bantè pour aider à décharger la cargaison à Gouka et à Akpassi dans la commune de Bantè. Selon la déclaration de presse, cette découverte d’arme est signe d’atteinte à la sureté de l’Etat. Les dispositions des articles 161 ; 162 et 163 du code pénal démontrent largement son contexte. La ville de Bantè est l’une des communes marquées par la violence au cours du scrutin présidentiel occasionnant dégâts matériels et blessés graves dans le rang des forces de l’ordre. Pour certains observateurs, la découverte des armes ne constitue que de pure montage pour enfoncer le clou de la supposée manigance de l’opposition afin de déstabiliser le pays et le régime avec lui. L’ouverture d’une enquête lancée pour mieux clarifier cette situation est jugée confuse.

Bertin DOKO